Archives de Tag: Orphelinat

Mission Humanitaire au Vietnam #2 – Que Huong Charity Center

Charlotte Tréhu, Maxime Guinel, et Frédéric Goursaud, étudiants en ESC 2, ont réalisé leur mission humacité d’une durée de 3 mois à Binh-Duong, ville industrielle située à 30 km d’Ho Chi Minh, la plus grande du Vietnam.

carte_vietnam_big

Lire la suite

Publicités

Mission Humanitaire au Vietnam #1 – Volunteer For Peace

    Douze étudiants d’ESC n’ont pas eu l’ombre d’une hésitation concernant leur choix de destination pour la mission Humacité. Souhaitant s’ouvrir à une autre culture tout en se sentant réellement utile dans leur mission humanitaire, ils ont choisi de partir au Vietnam, pays culturellement riche.

    Le Vietnam se situe à l’extrémité Est de la péninsule indochinoise. Il compte environ 91 millions d’habitants et sa capitale est Hanoï. Bordé par la Chine au Nord, le Laos et le Cambodge à l’Ouest et offrant tout un littoral Est sur la mer de Chine, ce pays est doté d’une grande richesse culturelle. Le Vietnam recèle de divers et majestueux sites naturels comme le delta du Mékong et la baie d’Halong.

Via l’association « Volunteer for peace », Emmanuelle, Guillaume et Julie ont été volontaires dans un orphelinat de plus de 200 enfants dans la ville d’Ho Chi Minh (Sud Vietnam – Capitale économique). L’orphelinat se trouvait dans la pagode de « Ky Quanq ».

Leur mission

A l’orphelinat, Emmanuelle, Guillaume et Julie s’occupaient de 20 à 25 enfants handicapés mentaux et physiques. Ils avaient pour principale responsabilité la prise de repas, l’animation, leur rééducation et aussi de les accompagner en promenade autour du temple qui se situait à côté de l’orphelinat.

L’association Volunteer for Peace Vietnam loge les volontaires venant du monde entier dans une grande maison située à l’extérieur de l’orphelinat pour un coût d’environ 200 euros par mois (repas – ménage – internet compris). Dans cette maison style « Auberge espagnole » se côtoyaient américains, chinois, allemands, vietnamiens, australiens, anglais, irlandais, etc… Inutile de préciser que la langue de communication était donc l’anglais. Une expérience très enrichissante pour eux.

Leurs anecdotes

    Ce sont les adieux qui ont le plus marqué Emmanuelle au cours de cette aventure. Un moment très dur émotionnellement car des liens s’étaient créés avec les enfants tout au long des 3 mois : « les enfants comprenaient ce qui se passait et ils nous en voulaient, c’est la chose qui a été la plus dure et marquante pour moi ».

Concernant Julie, ce sont les conditions de vie des enfants handicapés qui l’ont le plus marqué : « J’ai eu du mal à comprendre et à accepter pourquoi ces enfants ne pouvaient pas sortir de l’orphelinat. C’était difficile pour moi d’accepter que leurs handicaps les condamnaient à rester au sein de l’orphelinat ! »

« Je m’attendais pas à ce que les enfants soient autant handicapés. Certains d’entre eux avaient un handicap physique mais aussi mental donc les premières minutes furent difficiles, j’ai été triste de les voir comme ça » confesse Guillaume.

Guillaume nous fait partager son plus précieux souvenir : « Il y avait un enfant aveugle qui était assez solitaire, il jouait tout seul. Un jour je suis allé le voir, je savais qu’il aimait la musique, je lui ai chanté une mélodie à l’oreille et le lendemain il est venu vers moi pour jouer et il m’a répété cette même mélodie. Cela ma marqué parce que j’ai réussi à établir un échange avec lui alors qu’il était à la base renfermé sur lui même ».

Cette expérience fut vraiment positive, Guillaume et Julie envisagent même de retourner au Vietnam durant leur année de césure : « Heureusement que j’ai fait ma mission humacité au Vietnam, j’ai qu’une seule envie c’est d’y retourner, j’aimerais bien revoir les enfants car ils me manquent »  confie Julie.

Cette expérience humanitaire a été plus qu’enrichissante. Elle a apporté à Emmanuelle, Guillaume et Julie de l’humilité, une ouverture d’esprit, de la maturité et leur a aussi appris à mieux relativiser.

Découverte d’une culture

    Durant ces trois mois, ils ont pu profiter de quelques  congés, ce qui leur a permis de voyager, notamment  au Cambodge, et de visiter toute la côte Vietnamienne.

Au cours de ce voyage ils ont pu s’intégrer parfaitement à la culture locale, bien différente de la culture française. Dès la sortie de l’aéroport c’est le choc : « Il fait une chaleur étouffante et on voit des scooters à perte de vue dans la rue » nous raconte Guillaume. La nourriture est aussi bien différente, du riz quasiment à tous les repas ! La découverte d’un plat typique « le Pho » ou encore la dégustation de rouleaux de printemps. Ils ont pu apprécier la patience et le calme des vietnamiens qui ne s’énervent quasiment jamais. Les vietnamiens sont très souriants et accueillants. Il est donc très facile de s’intégrer.

Ils sont revenus en France avec des souvenirs plein la tête, plein de bons moments passés avec les volontaires, les enfants et les vietnamiens.

Leurs conseils

  • S’ouvrir à une culture, l’accepter telle qu’elle est, et s’adapter
  • Bien se renseigner auprès des étudiants de deuxième année
  • S’intégrer à fond à la culture locale
  • Profiter des congés pour voyager
  • Se renseigner auprès de spécialistes pour mieux se préparer à travailler avec des enfants handicapés mentaux.

Choisir de réaliser son Humacité au Vietnam, c’est l’occasion unique d’apporter une aide aux enfants vietnamiens mais aussi de découvrir une culture différente et un pays magnifique. Si vous aussi vous envisagez de vous impliquer dans ce projet Humacité au Vietnam, n’hésitez pas à contacter les étudiants pour qu’ils répondent à vos interrogations.

Coordonnées utiles : milane11@edu.esc-larochelle.fr                  

                            cabanesg11@edu.esc-larochelle.fr

                            herve-donvalj11@edu.esc-larochelle.fr

                            http://www.vpv.vn/index.php?lang=eng

                            phuongdon@vpv.vn (adresse mail du président de l’association)

Imane KAMAL.

%d blogueurs aiment cette page :